Des artistes chrétiens à découvrir ou redécouvrir !

Comment gérer le trac?

Comment gérer le trac?

Bonjour,

Qui n’a jamais été stressé avant une prestation?

Nous allons ici livrer 5 étapes pour vaincre la timidité, le stress et la crainte liés aux présentations publiques. Nous remarquons que la plupart des gens ont peur du regard des autres, de leur jugement, de leurs critiques. Cela peut paraître normal, cependant, mes différentes expériences d’auditions, présentations, évaluations et prestations, m’ont appris une chose: A mes résolutions répondra le succès. Si je suis partagé, indécis, alors le stress aura raison de moi. Soyons intentionnels. Nous disons parfois à nos élèves: “Si tu te trompes, trompe toi bien!”. Voici une courte méthode pour nous aider dans cette direction.
Nous allons appliquer les 5 étapes de la méthode P.R.M.S.P.:

se Préparerje travaille énormément en amont: rythme, mélodies, paroles (pour ne pas en faire du yaourt justement…), harmonies, structures, impros pour être au plus haut de mes capacités, que ce soit seul chez moi ou devant les autres…

- Respirer: se relâcher, respirer profondément en bas et lentement me permet de mieux oxygéner mon corps, notamment mon cerveau: le trac, la panique mettent le désordre dans mes pensées; trop d’informations affluent d’un coup, la pression artérielle augmente, le “paysage” devient flou, les jambes se transforment en spaghettis, etc… En revanche, quand mon cerveau est mieux oxygéné, il analyse mieux la situation, les pensées sont plus claires. On risque d’avoir encore un peu la tremblotte avec la petite montée d’adrénaline mais elle est, en général, beaucoup plus gérable.

se Maîtriser: ce que je vais dire peut paraître osé, mais je décide de ne pas céder à la panique. Le stress peut être là mais je décide de ne pas me laisser envahir. Je contrôle mes pensées, mes émotions et les oriente à mon service. Je reste fermement concentré sur mon objectif. Si je ne maîtrise pas mes pensées à ce moment là, que va-t-il se passer pour ma voix?

Simplifier: si je sens que ma gorge se serre, je fais des mélodies simples (pas de vibes/licks dans tous les sens…), et pas trop de notes aiguës, jusqu’à ce que je me détende (le larynx a tendance à se serrer dans les aigus, d’où, aussi, l’importance de garder la mâchoire abaissée pour le laisser en position “bas” donc ouvert et détendu).

Persévérer: se conditionner et se dire “quoiqu’il arrive, je continue de chanter!”. Alors, le “quoiqu’il arrive”, ça peut être: les paroles qui font du yaourt, le compteur qui disjoncte et plus de lumière sur scène, le retour micro qui ne fonctionne plus ou trop tant il est fort etc… Quoiqu’il arrive, je n’écris pas sur mon front “HELP!” ou “mais ce n’est pas ça la structure!” ou  ”je vous assure que ma voix n’est pas comme ça d’habitude…” ou encore je ne m’arrête pas en disant “Euh, désolé… On peut recommencer?”. Au contraire, je continue de regarder droit devant moi et de garder en tête le sens du texte qui est mon fil conducteur.

Alors, prêts à mettre en pratique ?

Cliquez ici pour recevoir gratuitement votre vidéo de conseils

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !


Ce texte est la propriété du TopChrétien. Autorisation de diffusion autorisée en précisant la source. © 2022 - www.topchretien.com
0 commentaire
Lecteur TopMusic
Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.